Non classé

Chief Happiness Officer, un métier atypique

By 3 July 2017 No Comments

Aujourd’hui de plus en plus d’entreprises recrutent des “Manager du bonheur” (“Happiness Manager” ou encore “Chief Happiness Officer” (CHO)). Le but d’un tel poste est de veiller à ce que chacun soit heureux au travail. Après l’attention qui a été portée à la “Qualité de Vie au Travail” (QVT) et aux “Risques PsychoSociaux” (RPS), le sujet du bonheur au travail est pris de plus en plus au sérieux en entreprise, notamment dans les grands groupes internationaux.

 

Quelles sont les origines d’un tel poste?

Le concept a été créé par un ingénieur américain, Chade-Meng Tan, embauché par Google. Il  a changé de métier et s’est concentré sur le développement des personnes et leur bien-être. A cette occasion il crée la fonction de “Jolly Good Fellow” (dont la traduction est “Super Bon Camarade”) devenant ainsi le premier “M. Bonheur”.

Initialement apparu dans la Silicon Valley, le métier commence à faire son apparition en France.

 

Quelles sont les missions du Chief Happiness Officer?

Le CHO n’est pas un créateur de bonheur en entreprise, mais bien celui qui fait en sorte de le rendre possible… En effet, on ne fabrique pas le bonheur, mais on peut créer les conditions qui le favorisent. Le CHO joue le rôle d’anti stress. Il reprend les missions jusqu’à présent réparties notamment entre les RH, la communication ou la médecine du travail. Il peut être à la fois médiateur, fédérateur et moteur.

 

Quels sont les avantages pour les entreprises ?

De nombreuses études (Harvard Business Review https://hbr.org/) montrent le lien positive entre le plaisir au travail et la performance. De plus “un  salarié heureux serait deux fois moins malade, six fois moins absent, ou encore neuf fois plus loyal”. Cela monterait donc qu’un employé heureux est un collaborateur plus engagé, plus performant et donc plus productif.

 

Que mettre en place pour améliorer le bien-être des collaborateurs ? 

Parmi les différentes pistes permettant aux salariés de se détendre et d’évacuer la pression, citons notamment la pratique d’une activité sportive. Cela n’est plus à prouver, l’activité physique est bonne pour la santé. Au niveau d’une entreprise, le sport permet également de favoriser la cohésion d’équipe (https://entreprises.allsessions.club/documentation/) !

 

Faire en sorte que les salariés soient heureux au travail et par conséquent, moins malades, moins absents, et plus productifs (en proposant par exemple des sessions de sport)… alors convaincus de l’intérêt du rôle du Chief Happiness Officer?

 

Leave a Reply